Il existe plus de 60 type de cancers différents chez les enfants et la fréquence varie selon l’âge (petite enfance pour les néphroblastomes, neuroblastomes et rhabdomyosarcomes, plus tardivement  pour les tumeurs osseuses et les lymphomes).

Les principales tumeurs observées sont les leucémies qui représentent 30% de l’ensemble des affections malignes, suivies des tumeurs du système nerveux central (20%).

Les différents cancers et les résultats des traitements selon la Société Française des Cancers et leucémies de l’Enfant et de l’adolescent (SFCE) :

 

LES LEUCEMIES

Il existe 2 grands groupes de leucémies chez l’enfant : les leucémies lymphoblastiques qui représentent environ 85% des cas et les leucémies myéloblastiques beaucoup plus rares. Initiés dans les années 70 les polychimiothérapies permettent aujourd’hui et grâce aux progrès des traitements associés (traitements antibiotiques, support transfusionnel, utilisation des cathéters centraux) d’obtenir la guérison de 80% des enfants porteurs de leucémie aiguë lymphoblastique avec des variations selon les sous groupes de pronostic. Les leucémies aiguës myéloblastiques ont actuellement un taux de guérison d’environ 50%.

Guide des leucémies : brochure réalisée par la Fondation ARC avec le concours du Professeur André Baruchel, chef du service hémato-immunologie de l’hôpital universitaire Robert Debré, à Paris.  Télécharger la brochure

 

LES LYMPHOMES ET MALADIE DE HODGKIN 

Comme les autres tumeurs de l’enfant, les lymphomes de l’enfant diffèrent de ceux de l’adulte par leur évolution rapide qu’il s’agisse des tumeurs abdominales correspondant au lymphome de Burkitt ou de lymphomes médiastinaux. Les lymphomes abdominaux et thoraciques guérissent actuellement dans les proportions de 75 à  90 % des cas selon les rapports publiés.

Dans le cas de la maladie de Hodgkin, il y a au moins 20 ans que l’on guérit 80 à 90% des enfants qui en sont atteints par un traitement associant chimiothérapie et radiothérapie, mais les séquelles observées avec les traitements des années 70 étaient très importantes. Au cours de la dernière décennie, les efforts ont surtout porté progressivement et conjointement sur la diminution des volumes et des doses de rayonnement et sur l’élimination progressive des médicaments les plus agressifs et générateurs de séquelles.

 

LE NEPHROBLASTOME OU TUMEUR DE WILMS 

Cette tumeur du rein de l’enfant, a été l’une des premières à  bénéficier de l’essor de la chimiothérapie. Plus de la moitié des néphroblastomes sont aujourd’hui traités par une chimiothérapie brève suivie d’une intervention chirurgicale (ablation du rein malade) et quelques semaines de chimiothérapie. Les formes un peu plus étendues doivent être traitées sans radiothérapie, mais avec une chimiothérapie plus appuyée. Environ 25 % des malades ont encore besoin d’une irradiation et d’une chimiothérapie agressive. Actuellement 90 % des néphroblastomes sont guéris par ces traitements.

 

LES OSTEOSARCOMES 

Les ostéosarcomes sont des tumeurs osseuses des os longs (tibia , fémur, humérus). Actuellement, la chimiothérapie première, par le méthotrexate principalement permet une réduction de la tumeur, suivie d’une intervention chirurgicale permettant la résection de la partie malade de l’os, remplacée très largement par une prothèse métallique préparée à  l’avance aux mesures du malade. Les résultats fonctionnels de ces traitements sont excellents. On peut maintenant les appliquer aux trois quart des patients atteints d’ostéosarcomes des membres. Autrefois les métastases représentaient un risque important chez ces enfants et la fréquence de celles-ci est maintenant passée de 80 à  90 % il y a 20 ans à  moins de 25 % actuellement grâce à  l’utilisation systématique de la chimiothérapie avant et après l’intervention chirurgicale.

 

LES RHABDOMYOSARCOMES, LES SARCOMES D’EWING ET LES NEUROBLASTOMES 

Les rhabdomyosarcomes sont l’apanage du petit enfant ; ils touchent avant tout la sphère ORL et la sphère uro-génitale. Les résultats, très encourageants, n’en sont pas moins encore incomplets avec des chances de guérison estimées à  65 %.

Il en est de même pour la tumeur d’Ewing, tumeur osseuse atteignant surtout les os plats (cotes, vertèbres, bassin) et qui pose dans ces cas des problèmes thérapeutiques difficiles. Le traitement repose le plus souvent sur une association chimiothérapie-radiothérapie-chirurgie. Les taux de guérison sont estimés à  65%.

Les neuroblastomes sont des tumeurs du système nerveux sympathique (glande surrénale et ganglions sympathiques) qui peuvent être divisées en 3 entités : les tumeurs des nouveaux nés tout à  fait exceptionnelles et dont le pronostic est très favorable, les tumeurs localisées dont le traitement est essentiellement chirurgical après une éventuelle chimiothérapie de réduction tumorale et dont les taux de guérison sont également très élevés ; enfin les tumeurs métastatiques en particulier au niveau de la moelle osseuse et du squelette. Elles sont chimiosensibles, mais difficilement chimiocurables. Les neuroblastomes métastatiques ne guérissent actuellement que dans environ 30 % des cas.

 

LES TUMEURS CEREBRALES

Ce sont les plus fréquentes des tumeurs solides de l’enfant. Ce sont aussi celles pour lesquelles les progrès thérapeutiques ont été les moins importants au cours des dernières décennies. Cependant les techniques neurochirurgicales, l’imagerie médicale par scanner et résonance magnétique nucléaire et la radiothérapie permettent aujourd’hui de proposer un traitement plus adapté et entraînant moins de séquelles que par le passé.

Plus d’ informations sur les différentes tumeurs des enfants et adolescents : le département de cancérologie de l’enfant et de l’adolescent de Gustave Roussy (Villejuif) a un site dédié sur lequel vous pourrez trouver de nombreuses informations sur les différents types de cancer.

X En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...Fermer